Pages

dimanche 2 octobre 2016

Les gentils collègues, la grosse et les viennoiseries





13 commentaires:

  1. Comme tu as raison, c'est toujours un cauchemar ....et un dilemme. Grrrrr

    RépondreSupprimer
  2. Ah je vois que tu as aussi de gentils collègues !

    RépondreSupprimer
  3. Moi je suis trop contente quand les collègues apportent des viennoiseries <3 Et je n'hésite pas une seconde ;)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai de la "chance", toute l'équipe a pris du poids depuis quelques mois. Du coup, on a remplacé les viennoiseries par des pommes et/ou des clémentines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vais pas quand même leur souhaiter cela... mais vivement la mode des agrumes ! Je vais en emmener en plus, cela sera raccord avec mon prénom.

      Supprimer
  5. Nous les obèses / gros / personnes en surpoids ( peu importe l'appellation au final) on écoute trop rarement nos vraies envies à tel point qu'on ne sait plus ce dont on a envie/besoin, c'est terrible ������

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une triste constat en effet. Bonne fin de journée !

      Supprimer
  6. Bien qu'étant obèse moi même, comme Flodesneiges, je ne me fais pas violence : je prends UNE viennoiserie le matin au boulot quand quelqu'un en apporte, et je fais un repas un peu moins conséquent le midi (d'ailleurs je n'ai généralement quasiment pas faim le midi dans ce cas, donc inutile de "manger pour manger"). Ni dilemme, ni douleur.
    Pourquoi ne pas essayer ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu un des préceptes préconisés par le Docteur Zermati.

      Supprimer
  7. Depuis plus de 20 ans je suis heureuse : je n'ai plus de collègues puisque je travaille chez moi ! Exit ce dilemme que j'ai connu dans mes jeunes années...et maintenant quand j'ai envie d'une viennoiserie je ne cherche même pas d'excuse...je m'en offre une ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Parmi les motifs annoncés par les collègues qui amènent des viennoiseries, il y a aussi "c'est lundi", et "c'est vendredi".
    J'ai toujours hésité devant les viennoiseries au bureau, surtout que le matin je petit-déjeunais et je n'avais pas vraiment faim au moment des viennoiseries, mais l'odeur était tellement alléchante, donc c'est ma tête qui avait faim, pas mon estomac.
    Quand j'arrivais à répondre "non, merci", j'entendais crier pour attirer l'attention des collègues (je bossais en plateau ouvert) : "Kaylee ne prend rien, elle doit être malade". Il y avait une jeune femme anorexique sur le plateau, elle prenait une viennoiserie pour éviter les réflexions, la mangeait, puis filait aux toilettes... (je vous laisse imaginer le sort réservé à la viennoiserie...).
    Une fois, grincheuse un lundi matin, j'ai dit bien fort : "Non, Kaylee n'est pas malade, mais j'en ai déjà englouti 12 avant de venir ce matin, donc je n'ai plus de place". Ce qui était faux mais un grand silence a suivi. Contente de leur avoir cloué le bec.
    Maintenant, je fais ce que je veux, je suis enfin retraitée !

    RépondreSupprimer
  9. Lol mais lol! Lors de mon dernier CDD, y avait assez souvent de quoi grignoter pour divers raisons.
    Au début, je disais non et on me regardait bizarrement. Genre "mais t'es mince, tu peux te le permettre!" ce qui n'a rien à voir.
    Comme si j'étais obligée de manger quelque chose que je ne voulais pas. Effet de groupe, cohésion sociale toussa toussa...je prenais de temps en temps. J'ai pris bien 10 kg, entre les viennoiseries, pause café vanille très sucré...
    Ces instants comme la pause déjeuner à la cantine où tu décides de prendre des légumes/viandes ou poisson et on te regarde bizareement "Quoi, tu fais un régime?"
    Bin non, j'ai le droit de manger sainement et apprécier, sans être au régime, sans déprécier un burger, frites, plats mijotés... Bref aucun problème.
    C'est bizaremment complexe ces remarques sur ce que tu veux/dois manger.


    RépondreSupprimer